Des nouvelles de notre gestionnaire de paquet « urpmi »

Hérité de la distribution Mandriva, le gestionnaire de paquet par défaut de Mageia est URPMI. Il offre un large éventail de fonctionnalités pour gérer les dépôts logiciels, installer, mettre à jour et supprimer les applications empaquetées  au format rpm. Ce format standardisé est adopté par de nombreuses distributions bien connues, telles que Redhat, Fedora, CentOS Suse, Opensuse. Urpmi est employé également pour mettre à jour votre distribution.

Cet outil est accompagné de nombreux autres :

  • urpmi, urpme pour installer et supprimer des applications,
  • urpmq pour rechercher une application en interrogeant les dépôts,
  • urpmf pour rechercher un paquet à partir des fichiers qu’il contient,
  • urpmi.update pour mettre à jour le système et les applications,
  • urpmi.addmedia et urpmi.removemedia pour ajouter, supprimer vos dépots logiciels.    

C’est également le moteur de :

  • rpmdrake, le GUI pour installer/désinstaller des paquets- drakx,
  • l’installeur Mageia depuis un DVD ou le réseau.

Pour en savoir plus, reportez vous à la page du wiki de mageia.

A noter également depuis quelques années, l’arrivée de dnf au sein de la distribution. Toutefois, urpmi demeure un outil majeur et fondateur pour Mageia, apprécié par ses utilisateurs pour sa simplicité d’usage et son efficacité. C’est pourquoi ce gestionnaire de paquet est maintenu, poursuit sa stabilisation et son amélioration au fur à mesure des versions. De plus il est compatible avec rpm des versions 4.9 à 4.16 ainsi qu’avec perl des versions 5.8 à perl 5.32 et profite ainsi de leurs dernières évolutions.
voir URPM 5.28 et urpmi 8.123

Les documentations de URPMI ainsi que de URPM ont été améliorées.

Et après ?


L’avenir sourit à URPMI. En effet son développement n’est pas à l’arrêt et devrait connaitre de nouvelles directions. 
Il est envisagé d’utiliser le gestionnaire de dépendances libdnf/libsolv qui apporte une gestion plus fine de celles-ci , notamment avec les dépendances dites ‘faibles » (pour ce faire nous attendons une stabilisation de leurs interfaces de programmation).

Afin que urpmi soit parfait, il nous faut les retours de ce qui ne fonctionne pas. Pour ce faire, il faut qu’ils soient remontés dans notre outil de suivi : http://bugs.mageia.org/

Rédaction collective

Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Des nouvelles de notre gestionnaire de paquet « urpmi »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *